L’ANCETRE JANUS
«(oui oui), oui Janus»

Dans mon enfance au Pays Bas on chantait : «( ja ja), ja Janus » il vous appelle pour l’armée et un jour que nous complétions cette  satire avec « l’armée du salut » le chauffeur de notre car nous sermonnait pour le manque de respect envers cette Association qui elle, est justement pacifique.

Oui ce Dieu schizophrène est bien particulier parce qu’avec sa double tête il représente d’un côté la paix et  de l’autre la guerre.

A  L’instant où  j’écris ce texte, les portes de son temple s’ouvrent à cause des bombes humanitaires que nous jetons sur nos amies Serbe. Je représenterai volontiers cette tête bicéphale avec un coté Chirac et de l’autre Jospin.

Trêve de mauvais goût,  regardons de plus près ce Dieu.

Texte dictionnaire de la mythologie de Raymond JACQUENOD

JANUS

Ancien roi du Latium qui fut divinisé. Epoux de Camisè. Elle lui donna Tiberinus qui se noya dans le Tibre. D’où le nom de ce fleuve.

Janus est le Dieu des commencements, le dieu des portes et des passages. Il est représenté avec deux visages, regardant vers l’entrée et vers la sortie. Il préside au début de chaque année.  Janus n’intervient pas beaucoup dans les légendes. Cependant Ovide lui prête une aventure avec la nymphe Carna, qui lui donna une fille, Proca (voir l’article Carna). Il aurait reçu Saturne (Cronos) chez lui lorsque Zeus chassa son père de l’Olympe. Le dieu lui aurait enseigné les beaux-arts et l’époque de Janus est représentée comme l’âge d’or de l’histoire de Latium (de même que le règne de Saturne est considéré comme l’âge d’or de l’humanité). Janus est le protecteur de Rome. Son temple, sur le forum, était ouvert pendant la guerre et fermé durant la paix. Lorsque Tarpeia livra le Capitole aux Sabins, il empêcha l’ennemi d’entrer en faisant jaillir une source d’eau chaude et sulfureuse. Il portait le surnom de Quirinis. Voir l’article de Quirinis.

texte dictionnaire de Myriam Philibert

JANUS & JANUS GL.

 Divinités latines des portes

 Janus, comme son homologue féminine, Jana (ou Janua) à un rôle d’initiateur. IL ouvre les portes et se présente avec deux visages, l’un  est tourné vers le passé et l’autre, vers l’avenir ; ou l’un vers le ciel et l’autre vers la terre ; l’un en rapport avec le solstice d’été et l’autre,  avec celui d’hiver. N’est-il pas fêté en janvier ? Par ailleurs, il a des liens, étymologique et plus secrets, avec Jean.

 Il passe pour le plus ancien des Dieux et il est toujours cité avant Jupiter. Sous le nom de Quirinus, il a régné sur le Latium, au temps de l’âge d’or et Saturne lui-même a été son maître. Avec l’aide des Heures, il garde les portes du ciel. Il a un rôle de créateur, offrant des  opportunités. Ses sanctuaires, dressés aux portes des villes, se montrent sous la forme d’arches à quatre faces. A Rome, son temple  principal, fondé par Numa, a la particularité d’avoir les portes ouvertes, en temps de guerre et fermées, en temps de paix.

Ce Dieu n’est pour une fois pas venu des orientaux par les Grecs mais directement dans la péninsule italienne,  peut être par des colons phéniciens ou navigateurs, avant de devenir Dieu de guerre et paix, il était à l’origine et même plus tard le protecteur des bateliers et constructions navales.

Une nouvelle fois nous sommes obligée d’analyser l’épopée Gilgamesh, pour mémoire les personnages sont :les rois dans la liste royale de Ourouk ou selon la Bible Erech la ville de Warka actuellement Cette liste comporte 12 Rois qui ont vécu 2310 ans. Les 5 premiers sont

Liste royale post diluvienne de Uruk

Planète correspondante

Nom Biblique

    Ziusoudra (liste antédiluvienne) 

Pas de place dans le ciel  

Noé 

    Shamas (Dieu soleil) 

Soleil 

Cham 

1) Mes-ki-ag-ga-se-ir 

Saturne 

Koush 

   (fils du dieu soleil) 

 

 

2) En-me-kar 

Jupiter 

Nimrod 

3) Lougalbanda  

Mars 

absent 

4) Doumouzi le pécheur  

La lune 

Tamouze 

5) Gilgamesh 

Mercure 

Nabu (chodonoso) 

Cette liste est la première dynastie après le déluge dans laquelle ne figure pas la divine Inanna ou en langue akkadien Istarte la planète Venus et Astarte ou Ester Biblique. Elle fut probablement la déesse mère du néolithique ou préhistorique  mais dans tous  les cas, en tant que femme, ni Roi, ni prêtre. Reste un personnage majeur dans l’épopée, notre Noé Biblique père de Cham appelé Outnapishtim ou Ziusoudra selon la langue.

Ce personnage est le dernier roi de la liste royale avant le déluge et ne fut pas divinisé par une planète.

Ci-dessous la liste royale avant le déluge d’après Béros, dont il existe au moins 6 variantes à ce jour de 8 à 10 rois et dont les noms correspondent plus ou moins. Un certain rapprochement a été fait avec les dix ancêtres de la bible entre Adam et Noé et la longévité est cette fois entre 36000 et 72000 ans. Ziusoudra a vécu 36000 ans qui s’écrivent en cunéiforme 600 shar = 600 x 60. L’âge de Noé au déluge fut 600 ans et ne doit pas être un hasard.

Liste royale antédiluvienne d’après Béros le sage (prêtre correspondant en akkadien et grecque)
    
Aloulime 28800 ansOuan Oannès
Alalgar36000 ansOuandouga Annèdôtos
En-men-lu –anna  43200 ansEnmedougaEnedôkos
En-men-gal-anna 28800 ansEnmegalammaEneugamos
Doumouzi le berger 36000 ansEnmeboulouggaEneuboulos
En-sipa-zi-anna 28800 ansAnenlilda Anèmentos
En-men-dur-anna21000 ansOutouabzou Anôdappsos
Ubar-tutu 18600 ans  
Ziusoudra 36000 ans  

Dans des listes babyloniennes ces rois sont associés avec un sage dont le plus connu fut Aloulim à laquelle était rattaché un sage nommé Ouan-adapa (U4.AN.AN écrit en sumérien) que les Babyloniens représentent comme un homme revêtu d’un manteau en peau de poisson tête et queue comprise en faisant  des libations. J’ai conclu qu’il s’agit d’un prêtre représentant du monde spirituel. Ce demi-dieu était sensée  vivre dans les eaux souterraines appelées Apsou et le mot sage se disait Apkallou.

Au III siècle avant J.C. vivait à Babylone  un prêtre nommé Bérose qui nous a laissé quelques œuvres en grec.

Les noms en grec que  Bérose donne pour Aloulim sont Alôros et Ouan devient Oannès.

Oannès devient dans la péninsule italienne Janus et donne aussi le mot océan. Janus donne janvier et que ce dieu très ancien bat Jupiter sur le plan antériorité est évident quand on sait que l’un est avant le déluge et l’autre après. La double tête fut expliquée par le fait que ce demi-dieu ait vécu avant le déluge et après et c’est là qu’on voit une confusion avec Noé /Outnapishtim. Peut être la raison de sa double tête représentant ces deux figures historiques/mythiques.

Personnellement je pense que la deuxième tête est le reflet de l’image que donne la tête de poisson à l’arrière de sa silhouette.

Je constate que depuis le temps le plus reculé, les prêtres ou chamans se sont déguisés avec des peaux de bêtes, tête comprise, comme les loups, ours, léopards, lions, taureaux et beaucoup d’autres. Aujourd’hui nos prêtres utilisent des vêtements archaïques comme chasuble ou hermine de nos juges pour nous impressionner.

Le rapprochement avec le nom de Jean  n’est pas à faire, ce mot vient des hébreux Iôhanan (Favori de Yawhé ) en allemand ou néerlandais Johannes.

Peut-on faire un rapprochement avec le Dieu Poséidon, Neptune en latin ? Un Dieu qui fréquente également les eaux. La majorité des Dieux grecque sont venus de l’orient et je ne serai pas surprise que Oannès soit arrivé avec le pacage des autres Dieux. Le dictionnaire de Jacquenod voit un rapprochement avec le mot sanscrit Idas-pati (le maître des eaux).

Dans les textes babylonien on parle de ces sages (Apkallou)pur poisson (pouradou), je serai tenté de voir dans cette appellation ce coléreux des mers.

POU-RA-DOU

PO   -SEI-DON ?????

En dehors de ce personnage mythique et le nom de janvier, la personne de Oannès nous a laissé une trace inattendue ( voir Dr. Papke) .

Ce scientifique théologien protestant allemand, foncièrement anti-papiste démontre néanmoins avec brio que la tête du poisson avec sa gueule ouvert existait dans la culte de Mitra sous forme d’un chapeau et vu que la religion catholique fut largement inspiré par ce culte il n’est pas étonnant de trouver ce couvre-chef sur la tête de nos évêques avec le nom « mitre » qui vient du nom Mitra bien que se Dieu portait lui une couvre-chef que nos révolutionnaires français ont adopté et que Marianne porte encore le bonnet phrygien. Sur le page suivant est représenté l’image d’un apkallou sur un bassin à l’époque de Sennachérib 704-681 av. J.C. Les contours de la tête du poisson montre clairement comment ce manteau, qui fut certainement pas agréable à porter vu son odeur, s’est transformé  en simple couve-chef qui imite bien la tête du poisson avec sa gueule légèrement ouvert.

Par contre la double tête de Janus représente la tête du prêtre-sage d’un coté et l’autre tête est celle du poisson qui doit désigner sa vie dans les eaux souterraine (Absou en langue sumero-akkadien et que nos copieurs grecque ont utilisé pour former le mot Abyssos)

Links: The sign of the Messias  Online Publications of Dr. Papke